Loup en Chartreuse

Il y a des rencontres qui marquent, qui suscitent l’émotion, des matins comme çà où l’on ne regrette pas de s’être levé tôt. Ce matin du mois de mai dernier, je ne suis pas prêt de l’oublier… Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai rêver la nuit de croiser un loup, ou un lynx, mais si on m’avait dit ce matin là en me levant que je serais le premier à photographier un loup en chartreuse…. je n’y aurais pas cru ! Déjà dans les autres massifs cette rentre reste rare et exceptionnelle, mais alors en chartreuse…. Ça ne m’avait jamais effleuré l’esprit !

Tout commence à 2h00 du matin, le réveil sonne, un café, je m’habille et c’est parti, je pars rejoindre un alpage de Chartreuse histoire de prospecter et de voir un peu la faune du coin. Comme toujours j’adore ces montées à la frontale : seul le bruit de l’eau de la fonte des neiges et le chant des chouettes viennent perturber le silence.

4h30 : Je suis en place, caché discrètement, le vent souffle mais étrangement il en fait pas froid, plus que quelques minutes à attendre avant que l’obscurité ne laisse la place à l’aube. Le silence est progressivement remplacé par le chant des merles, pinsons, accenteurs et autres oiseaux. Puis j’entends un roucoulement caractéristique de cette époque de l’année : un tétras-lyre rode dans les parages.

Le jour se lève petit à petit, je peux désormais scruter l’alpage aux jumelles, j’observe quelques ongulés, quelques oiseaux, je tends l’oreille au cas où une chouette chevêchette traînerait dans les parages. 6h30 le tétras lyre entendu plus tôt  me vole au dessus de la tête, je reprends mes jumelles en me disant qu’il doit y avoir un randonneur dans le coin qui l’a fait partir. Mais je me rends vite compte que c’est autre chose !

A partir de ce moment là, tout bascule, il est là à une centaine de mètre de moi, ce loup se dirige dans ma direction, je reste pétrifié, sidéré, incapable de faire quoi que ce soit tellement je suis pris par l’émotion. Il se trouve désormais à cinquante mètres de moi. Il est gros et magnifique, son pelage gris-beige se confond avec l’herbe jaune des alpages au printemps. Il se déplace lentement et majestueusement, la truffe près du sol, sans doutes cherche il une proie ou un congénère.Loup dans le parc naturel régional de chartreuse - Thomas Capelli

Je tremble comme un feuille. Je n’ai pas peur de me faire manger ou attaquer, je n’ai jamais cru au loup méchant qui mange les hommes et les enfants. C’est justes l’émotion d’une telle rencontre. Après deux ou trois minutes je me ressaisis en penses enfin à faire une photo, mais il s’éloigne déjà vers le bas de l’alpage. Je mitraille comme un fous, il est tôt, la lumière est faible et je trembles toujours, il faut à tout prix arriver à faire une photo nette ! Le loup traverse un névé, et avant de disparaître derrière une bosse, il jette un dernier regard dans ma direction puis repart tranquillement. je sais qu’il ne m’a pas vu.Loup chartreuse - - Thomas Capelli

Je me lève et bondit de joie au milieu de l’alpage, puis je remballe mes affaires et pars à sa poursuite. Mais il a disparu comme il est apparu, impossible de savoir où il est passé. deux chamois sont dans l’alpages, je resterais 3h à les regarder au cas ou il se déciderais à ressortir pour les attaquer, mais en vain.

De 6h30 à 6h36. 6 minutes qui ressemblaient à une éternité, 6 minutes qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire, 6 minutes qui m’ont donné le sourire pour la journée et les jours suivants.  6 minutes que j’ai déjà raconté des centaines de fois à mes amis, mes proches et ma familles. 6 minutes orgasmiques !

Quelques semaines plus tard, après avoir transmis mon observation au responsable du réseau Loup de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage de l’Isère, j’apprends que ces photos sont la première preuve de la présence du loup en Chartreuse. Il y avait déjà des suspicions depuis quelques années, mais sans preuve tangible. Voilà qui est chose faite. Reste plus qu’à espérer qu’il n’était pas uniquement de passage et  qu’il s’installera dans notre beau massif. Le parc  régional de Chartreuse a la particularité d’être difficile d’accès pour un animal comme le loup, puisque le massif est entouré d’autoroutes. Qu’il vienne du Vercors, de Belledonne ou des Beauges, ce loup a déjà fait un long et dangereux périple avant d’arriver dans nos belles montagnes de Chartreuse.

Impressionnant comme le loup se camoufle dans l’herbe : 

Retour du loup en chartreuse - Thomas Capelli
loup dans les montagnes de chartreuse - - Thomas CAPELLI

5 réflexions au sujet de « Loup en Chartreuse »

  1. Yann

    Magnifique récit Thomas ! J’aimerait vivement vivre la même chose :O Après je veux pas faire le rabat joie mais je pense qu’il n’est que de passage 😛

    Répondre
  2. Stéphane

    Bonjour Thomas

    Bravo pour cette première Ces photos tu les a méritées avec le temps que tu passes en nature
    Un rêve pour la plupart des amoureux de la nature que cette rencontre Habitant aussi la Chartreuse j’ai déjà entendu plusieurs personnes me dirent qu’ils avaient vu un loup mais sans aucunes photos à l’appui donc ……………………………

    Je te souhaite de pouvoir le (les ) rencontrer encore souvent et j’espère qu’il ne croisera jamais de personnes mal attentionnées ……….

    A+ Stéphane

    Répondre
  3. Chris

    Bonjour,
    Hier, j’ai eu l’occasion de l’entendre hurler assez près de moi une dizaine de fois environ. Il était en dessus. Je n’ai pas pu l’apercevoir malheureusement.
    J’étais assez lourdement chargé aussi je n’ai pas réussi à couper son itinéraire.
    Expérience incroyable.

    Répondre
  4. Ping : Best Of 2016 | Thomas Capelli Photos Chartreuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *