Au cœur de l’arène (Epilogue)

Suite et fin des photos des parades de tétras lyre pour cette année. Comme je le disais précédemment j’ai été obligé de réaliser toutes les images qui suivent à main levée, car les coqs sont venus derrière ma tente. Heureusement j’avais laissé la porte de derrière entre ouverte. Alors couché en travers à en prendre des crampes, tremblant comme une feuille, je me suis régalé ! 2 tétras lyre sont venus tellement près que j’ai crus qu’ils allaient rentrer dans la tente me dire bonjour ! L’instant a duré seulement 5 minutes, mais c’était 5 minutes que je ne suis pas prêt d’oublier !

Tétras lyre posé dans l'alpage photo des parades du tétras lyre en Chartreuse - thomas capelli Le tétras lyre se rapproche - thomas capelli le tétras lyre pousse son cri - thomas capelli portrait tétras lyre - thomas capellichant d'un tétras lyre pendant les parades - thomas capelliphoto des parades du tétras lyre en Chartreuse - thomas capelli

Comment est ce possible qu’un oiseau aussi invisible tout le reste de l’année, se montre sans aucune pudeur pendant les pariades ? Est-ce la testostérone qui les rends si indifférents ? Avoir la chance d’observer ces moment est un cadeau de la nature, un cadeau qui n’a pas de valeur ! Alors il faut que tous les utilisateurs de la nature se montrent respectueux de cet oiseau, car l’espèce amorce désormais sa disparition et il serait dommage que dans 10 ou 20 ans, nous ne puissions plus contempler les parades ! Des précautions sont nécessaires pour observer ces oiseaux pendant cette période cruciale, pour que l’espèce se reproduise. J’espère en prendre assez pour ne pas trop déranger…

le coq de bruyère en pleine parade - thomas capelli

2 réflexions au sujet de « Au cœur de l’arène (Epilogue) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *