Chronique d’une place de Chann (III)

Fin des photos de tétras lyre pour cette saison 2017. Après la première sortie sur cette nouvelle place et les repérages, j’avais extrêmement envie d’y remonter pour profiter de la floraison des crocus ce qui aurait donné de belles ambiances. Hélas cette fin mai nous a réservé bien des surprises avec une dernière offensive hivernale. Qu’à cela ne tienne, j’adore aussi les ambiances neigeuses.

Arrivé au point de départ à 2h45 du matin, je me hâte de monter pour arriver tôt sur la place. La saison est déjà bien avancée et les coqs arrivent tôt pour parader. La montée se fait sous un ciel étoilé et limpide, et curieusement même avec cette neige je suis en manches courtes et je n’ai pas froid. Je prends le temps de me placer sous un sapin, je m’habille et j’attends. Par deux fois j’entends une bécasse crouler, puis les premiers chuintements des coqs se font entendre. Au même moment et en moins de 5 minutes tout le massif est pris dans une épaisse brume. Il fait sombre, la température tombe, et la visibilité très limitée, il faut donc prendre son mal en patience. Hélas le brouillard ne s’est jamais complètement levé, enfin si à midi en arrivant à la voiture. Et j’ai passé une matinée à me geler immobile sous ma tente ! 

J’adore ces ambiances mais j’ai toujours du mal à ressortir quelque chose de satisfaisant. Alors voici les dernières images de la saison 2017.

foret-chartreuse-brume - Thomas Capelli tetras lyre dans la brume - Thomas Capelli Tetras lyre dans la brume - Thomas Capelli combat de tetras lyre - Thomas Capelli combat de tetras lyre en chartreuse - Thomas Capelli parades tetras lyre chartreuse tetras lyre en chartreuse - Thomas Capelli combat coq chartreuse - Thomas Capelli tetras lyre dans la brume ambiance tetras lyres chant - Thomas Capelli froid et brume du tetras lyre - Thomas Capelli parade coq de bruyere parades tetras lyre en chartreuse - Thomas Capelli tetras lyre dans la neige - Thomas Capelli

Le bilan 2017 est mitigé puisque la place sur laquelle je vais habituellement est dans une situation inquiétante, . La découverte de cette nouvelle place me permet de réaliser des photos dans un biotope magnifique, et avec une densité de coqs correcte.

Mais pour moi, cet oiseau emblématique est dans une situation critique en Chartreuse comme dans le reste des alpes. Il est de notre devoir de faire des efforts pour le protéger. D’autant plus qu’il y a certains facteurs de disparition sur lesquels nous pouvons assez facilement agir : le dérangement hivernale, la fermeture des milieux, la chasse, et les câbles de remontées mécaniques, …

C’est à nous d’accepter de changer pour préserver le tétras Lyre. Afin que les générations futures puissent observer cet oiseau autrement que sur des photos. La particularité de la chartreuse et son isolement du reste des alpes fait que cette oiseau y est d’autant plus menacé, les échanges de coqs avec les massifs de Belledonne et du Vercors restent rares.

En ce qui me concerne, la passion pour cet oiseau reste intacte, j’ai encore effectué quasiment 6000m de dénivelé, et passé plus de 30h en montagne pour réaliser ces photos. 

Chronique d’une place de chant (II)

Suite des hostilités : Comme je l’évoquais dans l’article précédent : Je suis donc remonté sur la place de chant pour voir comment les effectifs ont évolué. 15 jours plus tard il n’y avait plus que deux coqs sur la place. L’activité était très faible, ainsi à 7h00 il n’y avait plus aucun gallinacé sur l’aire. Les photos de cette matinée ont toutes été prises avec une très faible luminosité. Je m’étais légèrement déplacé pour avoir un fond, histoire de changer d’ambiance.

Parades du tetras lyre en chartreuse - Thomas Capelli Tetras lyre à l'aube - Thomas Capelli chuintement du tetras lyre - Thomas Capelli

La troisième sortie sur cette place fut encore plus décevante : je sais que les tétras lyre n’aiment pas le vent. En partant de la voiture à 2h50 tout va bien, arrivé vers 4h30 sur la place une faible bise souffle… Oui mais voilà à partir de 5h c’est la tempête. Les trois coqs resteront loin, bien abrités dans un talweg. C’est frustrant de ne pas réaliser une seule photo après tant d’efforts. Mais ça fait aussi partie du jeu.

Pour les sorties suivantes, j’avais en tête d’aller explorer un coin qu’on m’avait vaguement indiqué. J’en avais déjà discuté avec Lionel et il se trouve que nous avions la même idée. Il a eus le temps de monter faire les premiers repérages avant moi. D’après ses observations la place semblait pas trop mal et le biotope magnifique. C’était donc l’occasion de faire enfin une sortie en commun pour photographier cet oiseau qui nous passionne tous les deux.

Avantage de cette place : elle est encore enneigée ce qui permettra d’immortaliser des belles ambiances. Manque de chance pour nous les coqs bougent beaucoup sur ce secteur, et malgré nos connaissances et les repérages, nous étions mal placés, deux coqs sont venus furtivement avant de repartir après une poule. Mais effectivement l’endroit est magnifique, en plus des tétras, nous avons pu entendre la croule d’une bécasse, le chant d’une chouette tengmalm, et d’autres oiseaux.

 

Avant de redescendre nous avons pris le temps de repérer au moins 3 places entre lesquelles les coqs naviguent dont une place qui serait la principale…. le rendez-vous est pris pour une prochaine sortie… Lionel lui remontera dès le lendemain.  Vous pouvez voir ses photos sur son blog

… A suivre …

(Prochain billet d’ici fin juin après mon retour de vacances)02

Chronique d’une place de chant

Le mois de mai se termine, et les Tétras-lyre retrouvent leur calme. Je n’ai pu effectuer que 5 sorties cette année mais c’est toujours un réel moment de plaisir. L’aventure : se réveiller à 2h du matin, marcher de longues heures dans la nuit sur ces sentiers que je connais par cœur, entendre les chouettes hululer pendant que je marche, accélérer pour arriver le plus rapidement possible, monter la tente d’affût et attendre… Puis soudain les premiers chants d’oiseaux, et enfin les premiers chuintements des coqs… observer dans la pénombre, attendre que le jour se lève pour pouvoir enfin prendre quelques photos.

silhouette d'un tetras lyre à l'aube - Thomas CAPELLI

parades du tetras lyre en chartreuse - Thomas CAPELLI

Pour cette première sortie d’avril, je n’étais pas très bien placé je n’attendais pas les coqs exactement là, mais sans neige impossible de voir leurs traces pour trouver exactement le lieu des parades. Mais finalement le contre-jour permet de belles ambiances.

Il est encore tôt dans la saison, la chaleur a rapidement fait fondre la neige dans ce coin du parc naturel régional de chartreuse.  Les coqs sont déjà bien actifs et les combats sont intenses : 

J’en prends plein les yeux mais je suis inquiet, il y a seulement trois coqs cette année sur cette place et aucun jeune.. D’année en année le nombre de coqs diminue inexorablement. l’an passé ils étaient 4 + un jeune et une poule. En 2010 10 coqs paradaient au plus fort de la période.

Je me questionne, pourquoi n’y a il pas plus de coqs? Sont ils ailleurs ?  L’espèce disparaît elle ? Vais-je encore pouvoir les observer sur cette place à l’avenir ? Est ce que les autres coqs viendront plus tard dans la saison ? … Une chose est certaine je remonterais rapidement pour lever certains doutes.

… a suivre …

 

Ambiances de printemps

Bonjour a tous, après une longue période d’absence voici quelques photos prises lors du printemps :  Les brumes, les premières fleurs, et bien entendue qui dit printemps dit cueillette des morilles en chartreuse ! Je n’ai pas réalisé beaucoup de photos animalières depuis le début de l’année, habituellement je vous présente des photos de mouflons à cette époque, mais cette année j’ai décidé de me concentrer sur des animaux plus rares…. Pour l’instant ça ne paye pas. Mais je sais que patiente et persévérance sont souvent récompensées.

Niveole printanière  - Thomas Capelli Niveole printanière  - Thomas Capelli

Grande sure dans la brume - Thomas Capelli Salamandre  - Thomas Capelli Morille commune  - Thomas Capelli Morille commune  - Thomas Capelli Morille de sapin  - Thomas Capelli Morille conique  - Thomas Capelli

Magique.

La neige se fait rare cette année, alors entre deux coups de foehn il faut en profiter. Pour l’instant (et à cause d’une grippe qui m’a épuisé pendant 3 semaines) les sorties en ski de randonnée ont été rares, un peu de neige ferait vraiment du bien ! 

Arrivé au col de porte, et voyant le peu de neige sur Chamechaude, j’opte pour le Charmant Som et la montée par la route à la frontale. L’occasion de tester ma nouvelle frontale Stoots fabriquée dans la région !  La montée se passe bien et à ma grande surprise la route est complètement enneigée. Arrivé en haut un raquétiste ou plutôt son chien me fait une grosse frayeur… il était dans le noir sans lampe, et son chien m’a hurler dessus. Arrivée facilement au sommet sans déchausser mais en slalomant entre les plaques d’herbe, je suis un peu déçu : le ciel est voilé et en fond de vallée une mer de pollution envahit la chartreuse. Nous sommes au 6ème jour d’épisode et les conditions anticycloniques bloquent toutes les particules. Ces conditions ne sont vraiment pas idéales pour la photo, en plus le ciel est nuageux, et je risque de ne même pas voir le soleil se lever. Oui mais voilà une trouée dans les nuages pile au bon moment et le ciel se déchire dans une lumière magique comme on en voit rarement. La chartreuse devient rouge, rose, violette… J

Je ne suis pas prêt d’oublier cette lumière.  Quelques instants plus tard, le soleil se lève et le ciel se voile à nouveau, j’aurais profité des seules lumières de la journée… il est temps de redescendre.